BRUNO ALLARY, DIRECTION ARTISTIQUE

De son immersion précoce dans les univers distants de la guitare jazz et flamenca, Bruno Allary tire la singularité de son langage créatif. Ce double apprentissage musical, tissé d’héritages et savoirs contrastés, nourrit un goût vibrant du divers, du multiple, du composé ; transforme le métissage des pratiques artistiques en idiome naturel ; instaure, enfin, un rapport intime et sensible aux pratiques vocales de Méditerranée.

À côté de l’instrumentiste, la création de la Compagnie Rassegna (2002) révèle le rassembleur et l’homme de projets. Elle donne corps à une démarche plus personnelle, qui s’attache à faire vivre la diversité des musiques populaires de Méditerranée en y traquant les passages, échos et résonances, dans l’espace et dans le temps. Cette dynamique de création se poursuit avec les formations successives de ZAMAN Fabriq (2008), Anis del Mundo (2010) et de Nassîm ou les Quatre Vents (2012).

En creux de cette démarche, comme un fil essentiel et discret, on lit la patiente exploration d’une esthétique de l’entre-deux, une sensibilité particulière aux passages, aux interstices, aux zones de turbulence — entre ombre et lumière, modal et tonal, acoustique et électrique — et la mise en tension de ces pôles antagonistes comme moteur de création.

 

En 2014, avec la création d’Il Sole non si Muove, qui décloisonne les répertoires populaires et savants du XVIe siècle, retrace la circulation des musiciens d’alors, de la Méditerranée à l’Angleterre, il débute un ambitieux triptyque sur le temps, qui explore plusieurs périodes musicales de l’histoire. Le disque, édité en février 2017 chez Buda Musique reçoit le Coup de cœur de l’Académie Charles Cros, catégorie « Musique du Monde – Création ».

En 2018, il imagine une nouvelle création, entre textes et musiques, passé et présent, instruments traditionnels et numériques, autour de l’idée de Contretemps, accompagné de Patrick Boucheron, historien et professeur au Collège de France (textes et mise en voix) et Isabelle Courroy (flûtes kaval).

En 2018 également, il s’associe à la pianiste contemporaine Nathalie Negro (Piano&Co) pour produire Le banquet des sources, avec Sylvie Paz. Un trio qui questionne les traditions et le contemporain, entre chant et poésie.

Toujours en alerte sur les rémanences et les distorsions du temps, Bruno Allary poursuit son triptyque musical à travers les âges avec sa dernière création Qui-vive ! qui débute en 2019 et s’achève en 2021, avec une sortie de disque en septembre 2022. Bruno Allary embarque cette fois-ci un ensemble de chanteuses et musiciennes dans une aventure inouïe, où les pièces musicales du XVIIème siècle sont plongées dans un univers sonore à la sidérante modernité.

Bruno Allary met également ses aspirations au service d’autres artistes et projets, comme en 2014 avec la réalisation de l’album Confluence #1, d’Isabelle Courroy (Buda Musique – Coup de cœur de l’Académie Charles Cros, catégorie « Musique du Monde ») et en 2017 avec le conseil à la réalisation de l’album Delâshena du duo Shadi Fathi et Bijan Chemirani (parution avril 2018 chez Buda Musique).

De 2019 à 2022, Bruno Allary est compositeur associé au Théâtre Durance, Scène conventionnée d’intérêt national – art et création pour les saisons 2019 à 2022. Dans ce cadre il enregistre l’album Qui-vive ! et réalise une audio-balade intitulée L’île en plein ciel. Cette œuvre musicale accompagne une balade, sous la forme d’un fichier à télécharger, puis à écouter tout au long du parcours, à la découverte ou redécouverte du plateau de Ganagobie.

A écouter : Bruno Allary, invité de « L’Instant d’Eux« , émission de Mélanie Masson sur Radio Grenouille